Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 20:05

Paradis ou enfer

.F1FB                  F220

 

 

Le petit village des Abricots en Haïti, avant les cyclones de  2008, pouvait être fier de fournir fruits et légumes. à Port-au-Prince. Et le reportage de Thalassa montrait ce petit village idyllique. Pour tous les missionnaires qui sont allés vivre aux Abricots tout au long de l'année ce n'est pas si idyllique que ça puisque beaucoup de personnes souffrent de arrivee

sous-alimentation. Notamment les personnes âgées. Cependant au moment du reportage, avant les cyclones, ce village arrivait - presque - à l'autosuffisance alimentaire. Trois cyclones, 2 tempêtes tropicales ont ravagé tout espoir de récolte par la destruction totale des cultures maraîchères et l’abattage des arbres.

 

Il faut 14 mois à un bananier pour pousser

 

Les dégâts étaient telles que Vêtements-sans-frontière grâce à la générosité de donateurs a pu envoyer 1000 €

de façon à ce que les femmes puissent acheter fruits et légumes afin de continuer à les séchersechoir-bolg.jpg

 

Malgré ce désastre écologique, les gens du village se sont remis au travail courageusement et de nouveaux ils pensaient avoir une récolte abondante n'ayant connu ni sécheresse ni inondation cette année. Mais voilà !

 

 Et le paradis s'est transformé en enfer.CWXC

 

Il est vrai que si le village des Abricots n'a pas été touché par le tremblement de terre, ce village est en train de vivre un drame. Plus de 400 000 personnes ont quitté Port-au-Prince pour aller rejoindre les régions du Nord et de l'Ouest, dont le village des Abricots. Il est facile de comprendre alors que les réserves alimentaires ont été vite épuisées. Le maire pensait que celles-ci suffiraient jusqu'à fin février, elles sont déjà épuisées et les rescapés ne cessent d'arriver. Depuis un mois tous les Aubagnaises et les Aubagnais grâce à la mairie, se sont mobilisés pour que l'association Vêtements-sans-frontière puisse envoyer un virement à la Fondation Paradis des Indiens et ainsi  participer à l’achat de vivres pour aider un peu les rescapés

E3FE

Arrivée place du village

Plusieur petits   avions sont arrivés avec quelques tonnes de riz mais cela représente bien peu en face de tous ces affamés. Certains ont même essayé d'attaquer l'avion afin de récupérer les vivres. Si bien que maintenant lorsque l'on sait qu'un avion arrive il faut qu'il y ait la MINUSTA (ONU) sur place. Seul inconvénient l'avion n'arrive jamais à l’heure et les militaires se font de plus en plus prier pour assurer cette sécurité.

 

Vous qui regardez le reportage de Thalassa, visionnez-le jusqu’à la phrase finale de Stéphanie qui précise que ces belles images  étaient AVANT les cyclones.

Si Paradis il y avait VSF n’y serait pas.

 

Nous voudrions faire venir sur Marseille un étudiant Prémis, qui venait juste de commencer sa médecine( la faculté avait été fermée presque un an!) Ce jeune fut sauvé parce qu’on lui demanda de revenir porter un papier le lendemain. C’est juste à la sortie de la faculté que celle-ci s’effondra derrière lui, écrasant tout le monde.
Mercide vos commentaires.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Contacts